ONG FASED POUR LA CULTURE, LE SPORT ET L'EDUCATION

Click here to edit subtitle

Grand angle:

PAR Hassan Bentaleb

Titre : Drôle de transaction curieuse et inopportune : Mellilia finance la construction d’un centre d’accueil pour mineurs non accompagnés à Bni Ansar


L’Espagne persiste et signe. Elle veut à tout prix un centre d’accueil pour les mineurs non accompagnés au Maroc. Elle vient une nouvelle fois de proposer un nouveau projet de construction d’un centre à Béni Ansar. L’idée semble prendre du chemin puisque cette proposition figure aujourd’hui à l’ordre du jour de la prochaine session du conseil communal de Béni Ansar prévu le 1er février. 
«Ce  projet a été proposé par le gouvernement local du préside occupé de Mellilia lors d’une réunion organisée  dernièrement et à laquelle ont pris part des membres des autorités locales espagnoles en présence du délégué de l’Entraide nationale à Nador et des représentants de l’Association marocaine  «Sirag». Le gouvernement local de  Mellilia a annoncé qu’il était prêt à financer ce projet à Béni Ansar à hauteur de 8 millions d’euros et serait porté par ladite association», nous a indiqué Omar Naji, président de l’AMDH section-Nador. Et de préciser : «Cette association a été créée récemment, spécialement pour la mise en œuvre de ce projet». 
Pour notre source,  ledit projet suscite de nombreuses interrogations et reste entouré de zones d’ombre. D’abord, au niveau de l’utilité du projet. Omar Naji s’interroge sur la finalité d’un nouveau centre d’accueil pour les mineurs non accompagnés alors que la ville dispose déjà d‘un autre centre à la commune d’Al Aroui, à 22 km de Nador. «Il existe un établissement dirigé  par l’Entraide nationale, mais il est quasi inoccupé puisque seuls 10 mineurs ont accepté d’y résider alors qu’on compte près de 1.000 mineurs non accompagnés dans la  cité.  En effet,  ces mineurs refusent catégoriquement de s’installer dans ces centres malgré les sollicitations des acteurs associatifs et sociaux. Ceci d’autant plus que le projet en question ne précise pas si le centre prévu accueillera seulement des mineurs marocains ou également ceux d’autres pays», nous a-t-il souligné. Ensuite, au niveau du budget du projet, notre source se demande pourquoi l’Espagne accepterait d’allouer des fonds assez importants alors que les mineurs non accompagnés installés dans les centres d’accueil à Sebta et Mellilia endurent des conditions de vie insupportables, au point d’entraîner dernièrement la mort de l’un d’entre eux. 

Hassan Bentaleb

Journaliste